Organisation des soins au domicile

Dernière mise à jour : lundi 13 mai 2019

Organisation des soins au domicile


Les professionnels de premier recours du domicile ont une place centrale dans les soins avant, pendant et après le cancer. Les acteurs principalement sollicités sont les médecins généralistes, les pharmaciens d’officine, les infirmiers libéraux. Ils permettent un maintien à domicile par l’évaluation des besoins, la prescription, la délivrance et la réalisation de protocole de soins et la surveillance partagée.

D’autres acteurs peuvent intervenir à tout moment en cas de nécessité, et des dispositifs de coordination peuvent être sollicités en cas de besoins multiples et de situation complexe au domicile.

En cancérologie, l’information des professionnels de premiers recours par les équipes hospitalières et inversement, permet une bonne continuité des soins et un parcours de santé optimal, bien coordonné entre la ville et l’hôpital.

  • Les professionnels médicaux

    Ce sont des professionnels libéraux ou salariés de structures sanitaires, médico-sociales ou sociales (Réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CMPCentre Médico-Psychologique, SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile,etc)

    • Médecin généralisteMédecin spécialiste en médecine générale, c’est le médecin traitant ou « médecin de famille ». Il est investi dans les soins du corps et le soutien moral des patients, et bien souvent de leurs proches. Il travaille en interaction avec les soignants du domicile et « acteurs de ville » : Infirmiers, Pharmaciens, Kinésithérapeutes, Psychologues, etc. En cancérologie, il suit donc les patients dans l’ « avant », le « pendant » et l’ « après cancer ». Au début de la maladie, il sera disponible pour réexpliquer les informations reçues lors des annonces de diagnostic et de propositions de traitements. Prenant le patient en charge dans sa « globalité », il a donc des missions transversales : prise en charge des effets secondaires des anticancéreux, traitement de la douleur, aide au sevrage tabagique, orientation vers les services sociaux, aide au montage de dossier de couverture sociale ou mise en place d’aide humaine ou financière (ALDAffection De Longue Durée, MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées, …), etc. Il est donc largement investi dans ce que l’on appelle les « soins de support » tout au long de la maladie, et dans la « surveillance partagée ». Equipes hospitalières et médecin généraliste échangent régulièrement, du diagnostic à l’après cancer, afin de travailler en cohérence pour construire un parcours de soin coordonné, en tenant compte de l’état général du patient, de ses traitements en cours, de ses choix et de son environnement social et familial. En cas de besoins multiples ou de situations difficiles au domicile, le médecin traitant pourra être appuyé dans ses fonctions par les réseaux de proximité.
    • Biologiste médicalMédecin ou pharmacien spécialiste qui pratique l’analyse des liquides naturels (sang, urine, liquide céphalo rachidien, moelle osseuse, etc) afin de valider et rendre des résultats des examens biologiques réalisés dans le cadre de la prise en charge du cancer. Il intervient à la fois pour le diagnostic, le traitement et le suivi de la maladie. Ces résultats analysés sont très diverses, allant de l’analyse des taux de globules rouges, globules blancs, à l’étude des marqueurs tumoraux, etc. Il existe donc de multiples sous spécialités en biologie et une collaboration régionale, voire nationale pour certains dosages très spécifiques. Les biologistes exercent sur des plateaux techniques à la fois en établissements de santé, et en laboratoires « de ville ».
    • RadiologueMédecin spécialiste en imagerie médicale diagnostic et interventionnelle qui valide les demandes d'examens d'imagerie et interprète les images échographiques, radiographiques, scannographiques et par résonnance magnétique (IRM) de l'ensemble du corps humain selon l'organe et la maladie à étudier. Il participe à toutes les étapes de la prise en charge des patients (dépistage, diagnostic, surveillance). En radiologie interventionnelle, le radiologue pratique des actes techniques à visée diagnostique (prélèvements de tissus tumoraux guidés par imagerie, biopsies) ou thérapeutique (drainage, infiltrations, destruction de tumeurs par voie transcutanée (radiofréquence) pose de chambre implantable avant chimiothérapie) Il exerce en établissements de santé ou en cabinets de radiologie « de ville ». (Imagerie et Radiologie interventionnelle)
    • Spécialiste d’organe compétent en cancérologieMédecin spécialisé dans la prise en charge des maladies d’un organe ou d’un « appareil », et qui est compétent en cancérologie. Il va donc participer à la réunion de concertation pluridisciplinaire et au traitement du cancer touchant cet organe : gastro-entérologue, pneumologue, dermatologue, gynécologue, etc. Il travaille en collaboration avec les autres spécialistes intervenant dans le traitement et le suivi du patient : chirurgien du cancer, oncologue médical, oncologue radiothérapeute, etc. libéraux
    • Chirurgien dentisteSpécialiste des dents et de la bouche, il peut intervenir dans la prise en charge « pré-thérapeutique » de tous les cancers. Il participe à la préparation aux traitements par une « remise en état bucco-dentaire » afin d’éviter toute complication sur une lésion dentaire, gingivale ou autre qui n’aurait pas été traitée au préalable d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie. Il faut toujours prévenir son chirurgien dentiste quand l’on est en cours de traitement d’un cancer car certains soins ne peuvent être faits pendant certains traitements. Le chirurgien dentiste joue également un rôle important dans le dépistage des cancers des VADS.
    • Médecin des soins de support : essentiellement les Médecins psychiatres libéraux ou exerçant en CMPCentre Médico-Psychologique, et les Médecins Addictologues (tabacologie, alcoologie, toxicologie).
  • Le Pharmacien

    Travaillant en ville (officine) ou à l’hôpital, le pharmacien est un professionnel de santé spécialisé dans la connaissance des traitements médicamenteux et des dispositifs médicaux (ex. : prothèses mammaires, matériels de maintien à domicile). Il est chargé de l’analyse de l’ordonnance rédigée par le médecin, de la délivrance des médicaments aux patients et de leur préparation éventuelle (ex. : perfusion).

    Il a une mission de conseils et d’information sur le bon usage des médicaments (ex. : mode d’administration  et leurs effets indésirables, interactions entre médicaments).

    Il est assisté dans ses missions par les préparateurs en pharmacie. La particularité des pharmacies des établissements autorisés à traiter le cancer est qu’elles sont équipées d’une Unité centralisée de préparation des anticancéreux. Ce dispositif permet de préparer les traitements de chimiothérapie injectables en toute sécurité. Certains médicaments utilisés par voie orale à la maison sont uniquement disponibles à l’hôpital.

    Par des échanges réguliers sur les traitements prescrits, le pharmacien hospitalier et le pharmacien d’officine participent à la qualité d’un parcours de soins coordonné.

  • Les professionnels paramédicaux

    Ce sont des professionnels libéraux ou salariés de structures sanitaires, médico-sociales ou sociales (Réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CMPCentre Médico-Psychologique, SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile, etc)

    • Infirmier diplômé d’état (IDEInfirmier Diplomé D’état
    • Aide soignantL’aide soignant aide les patients dans les actes de la vie quotidienne qu’ils ne peuvent que partiellement ou plus assurer : soins d’hygiène, prise des repas, etc. En cours de traitement ambulatoire il participe à l’accueil et au confort des patients dans les services : installation dans les fauteuils ou dans les lits adaptés, port des repas et collations, vérification du confort des installations et de la propreté des lieux, etc. Il peut également participer à certains soins et à la surveillance des patients en binôme avec les infirmiers. En ville, il assure les soins d’hygiène sur prescription médicale dans des structures telles que les SSIAD.
    • Manipulateur « d’électroradiologie »
    • Technicien d’analyses biologiques en laboratoireLe technicien d’analyses biologiques ou « laborantin » analyse les prélèvements dans les laboratoires, et transmet, après vérification, les résultats des examens biologiques prescrits au biologiste médical pour validation et diffusion. Il travaille également en étroite collaboration avec les infirmiers qui réalisent les prélèvements. Tout comme le biologiste médical, il peut exercer à la fois en établissements de santé, et en laboratoire « de ville ».
  • Particularité des SSIAD

    Les services de soins infirmiers à domicile (SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile) permettent le maintien à domicile des patients par des soins d’hygiène et de confort réalisés sur prescription médicale par des infirmiers et aides soignant diplômés. Ils travaillent en étroite collaboration avec les infirmiers libéraux habituels des patients pour la réalisation des soins infirmiers.

    Les soins apportés par les SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile sont pris en charge par la sécurité sociale. Ce service s’adresse aux personnes âgées de 60 ans et plus malades ou dépendantes (« SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile PA personnes âgées ») et/ou aux personnes de moins de 60 ans porteuses d’un handicap (« SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile PH personnes handicapées »).

    Les SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile sont sectorisés et n’interviennent que dans certaines communes. La Région Nord – Pas-de-Calais en est bien pourvue. La structure porteuse des SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile est très variable : certains SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile sont portés avec des SAADService d’Aide Et d’Accompagnement à Domicile par des « SPASADService Polyvalent d’Aide et de Soins à Domicile » (services polyvalents d’aide et de soin à domicile), d’autres par des CCASCentre Communal D’Action Sociale, des associations etc.

    Il existe au sein de ces SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile des infirmiers coordinateurs (IDECInfirmier De Coordination) chargés d’évaluer les besoins du patient et d’adapter les soins. Ils mettent en relation les différentes équipes en charge des soins et de l’accompagnement des patients. Ils peuvent également participer à l’organisation des retours à domicile en cas de sortie d’hospitalisation et assurer, par la suite, le lien entre les acteurs de ville et d’hôpital, en cas de suivi partagé, garants d’une qualité et d’une continuité des soins.

  • Les professionnels paramédicaux des soins dits "de support"

    Ce sont des professionnels libéraux ou salariés de structures sanitaires, médico-sociales ou sociales (Réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CMPCentre Médico-Psychologique, SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile,etc)

    • KinésithérapeuteLe kinésithérapeute est spécialisé dans la rééducation motrice des membres, du corps ou respiratoire. Il permet d’éviter la perte d’autonomie chez les personnes fragilisées par la maladie ou de récupérer une partie ou l’intégralité de ces fonctions en cas d’atteinte. Il participe également aux traitements de la douleur notamment par des massages, des mouvements doux ou d’autres techniques nécessitant des appareillages. Il peut intervenir pendant la maladie et bien après en cas de séquelles. Par exemple, certains kinésithérapeutes sont spécialisés dans l’assouplissement des cicatrices ou la diminution des œdèmes du bras après la chirurgie de certains cancers du sein ou la « réadaptation cardio-vasculaire » pour la fatigue. Il exerce en établissement de santé ou « en ville » par une activité libérale.
    • ErgothérapeuteL'ergothérapeute est un professionnel de santé alliant la rééducation (récupération des capacités antérieures) et la réadaptation (compensation des difficultés) aussi bien dans le milieu de vie, que scolaire, que professionnel ou dans les activités de la vie quotidienne des personnes ayant une perte d’autonomie, un handicap ou une dépendance transitoire ou permanente. Il exerce principalement en établissement de santé; des ergothérapeutes sont de plus en plus nombreux à exercer en libéral, bien qu'il n'y ait pas de prise en charge par la sécurité sociale.
    • PsychologueLe psychologue clinicien est un professionnel de santé diplômé et spécialisé en psychologie et psychopathologie clinique de formation universitaire. Il est spécialisé dans la connaissance du fonctionnement psychique et des troubles psychopathologiques de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte. En cancérologie, quelque soit le stade de la maladie, il prend en charge la souffrance psychologique de la personne malade et de ses proches. Le psychologue intervient dans le cadre de la prise en charge psychothérapeutique des troubles anxieux, de la dépression et dans la majorité des cas, de la détresse psychologique suscitée par la survenue du cancer, les effets secondaires des traitements plus ou moins handicapants et l’après-cancer. Il peut demander l’avis du psychiatre en cas de difficulté diagnostique ou de besoin d’introduction d’un traitement médicamenteux. Le psychologue hospitalier peut travailler en relai avec les psychologues de ville (libéraux, exerçant en centre médico-psychologique).
    • Assistante socialeL’assistante sociale apporte son expertise aux patients et à leur famille concernant des problématiques d’ordre familial, professionnel ou financier. Elle les assiste dans les démarches de mise en place d’aide : aides humaines au domicile (ménage, soins d’hygiènes, etc), aides financières, aide au maintien dans l’emploi, etc. Elle oriente les patients vers les structures d’aide adaptées et les assiste dans le montage des dossiers. Elle peut exercer en établissement de santé ou « en ville » dans des structures médico-sociales ou sociales : réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CCAS, UTPAS, CARSAT, etc.
    • Esthéticienne médico-sociale ou socio-esthéticienneElle dispense aux patients des soins d’esthétiques et des soins de détente et de bien-être. En cancérologie, ces soins aident à prévenir ou mieux supporter certains effets indésirables des traitements médicaux. Pour ce faire, l’esthéticienne évalue les besoins et les demandes des patients avant d’intervenir à plusieurs niveaux : soins des ongles, aide au choix d’une prothèse capillaire, conseils en maquillage, hydratation de la peau, traitement des rougeurs de la peau, relaxation par modelages, etc. Elle participe donc à l’amélioration de la qualité de vie des patients par des soins du corps et de leur image. Elle peut exercer en établissement de santé ou « en ville » par une activité libérale. *Selon des écoles de formation
    • Diététicienne
    • StomathérapeuteLe stomathérapeute est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des matériels de « stomie » pour les patients. Il s’agit des « poches » pour l’évacuation urinaire ou fécale disposées sur le ventre (« paroi abdominale ») chez les patients opérés de certains cancers. Ces stomies peuvent être posées de manière transitoire pour permettre le repos des organes opérés pendant un temps déterminé ou sont permanentes quand ces organes ont du être définitivement retirés. Il exerce majoritairement en établissement de santé et très peu « en ville » par une activité libérale. Ce sont souvent des infirmiers spécialisés.
    • Pédicure – podologue
    • OrthophonisteL'orthophoniste est un professionnel de santé qui évalue et rééduque les troubles du langage et de la communication. Il exerce à son compte en cabinet libéral ou en établissement de santé à titre salarié. En cancérologie,il prend principalement en charge les patients opérés du larynx (cancer de la gorge) ou de la cavité buccale. Il les aide à améliorer la qualité de leur voix, de leur parole mais aussi de leur « déglutition » quand ils présentent des difficultés à avaler correctement les aliments solides ou liquides.
    • ProthésisteLe prothésiste est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des prothèses. Il existe notamment des « prothésistes capillaires » pour les perruques et des « prothésistes mammaires » pour les prothèses mammaires externes, compléments mammaires, et sous vêtements adaptés aux femmes opérées. Il doit également renseigner sur les modes de prise en charge et de remboursement existants. Il exerce majoritairement « en ville » par une activité libérale ou prestataire (salons de coiffure agréés pour les prothésistes capillaires) et moins souvent en établissement de santé.
    • Sexologue
  • Les sociétés prestataires de service

    Ce sont des sociétés qui participent au maintien à domicile des patients.

    Elles sont principalement de deux types :

    • les sociétés fournisseuses de matériel médical sur prescription (nutrition artificielle, perfusion à domicile, oxygènes, masques et appareil d’assistance respiratoire, etc),
    • les sociétés d’aides à domicile (SAADService d’Aide Et d’Accompagnement à Domicile).

    Les Services d’Aide et d’Accompagnement à Domicile (SAADService d’Aide Et d’Accompagnement à Domicile) s’adressent aux personnes malades, handicapées ou âgées, en perte d’autonomie nécessitant une aide pour les gestes de la vie quotidienne.

    Il peut s’agir d’une aide à la personne (hors prescription médicale : aide au repas, aide ménagère, auxilliaire de vie, etc), d’un accompagnement (démarches administrative, déplacements…) ou d’une garde nuit.

    Pour bénéficier de ce service, la personne doit répondre à certains critères. Les mutuelles, la CAFCaisse d’Allocation Familiale, la CPAMCaisse Primaire d’Assurance Maladie, les caisses de retraite, le conseil général (A.P.A), la MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées (PCH), etc peuvent aider à la prise en charge de ces prestations. Il convient de se renseigner auprès du médecin traitant et des services sociaux du secteur (CCASCentre Communal D’Action Sociale, CARSATCaisse D’assurance Retraite Et De La Santé Au Travail, UTPASUnité Territoriale De Prévention Et D’action Sociale, etc).

  • Les dispositifs de coordination sanitaire : Réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé

    Les réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé ont pour objectif de favoriser, gratuitement, l’accès aux soins, la continuité des soins et le lien entre les acteurs de la prise en charge sur un territoire défini.

    Leurs actions doivent participer au maintien de la qualité de vie à domicile des patients et à l’accompagnement de leur entourage. Ils viennent apporter un appui sanitaire et / ou médico-social et un soutien au domicile auprès des patients, de leur famille et des professionnels de santé en cas de situation difficile et de besoins multiples. Ils interviennent sur demande, avec l’accord des patients et du médecin traitant.

    Les réseaux sont composés d’équipes d’appui « pluridisciplinaires » : médecin coordonateur ; infirmier, assistante sociale, psychologue portant la fonction de « coordonateurs de parcours de santé ».

    Ils ne remplacent pas les soignants habituels du domicile mais renforcent leurs actions de soins et d’accompagnement. Ils peuvent intervenir pour différentes maladies, à différents âges, et à différents stades d’évolution  selon leur spécialisation.

    Leurs missions en cancérologie sont diverses :

    • accompagnement des patients en cours de traitement d’une maladie grave par la gestion des besoins et demandes en soins complémentaires,
    • participation à la surveillance partagée et aide à l’organisation des ré-hospitalisations ou des retours à domicile,
    • accompagnement au stade de soins palliatifs avec surveillance de la douleur, de l’inconfort, etc.

    Ils suivent régulièrement les patients et leur famille pour toujours réévaluer les besoins et rester en cohérence avec la situation du patient et de son entourage.

  • Les dispositifs de coordination médico-sociale : CLIC

    Les Centres Locaux d’Information et de Coordination (CLICCentre Local D’information Et De Coordination) sont des structures de proximité à destination des personnes âgées de 60 ans et plus, de leur entourage, des acteurs de soins qui les prennent en charge et les accompagnent.

    Ils assurent un accueil personnalisé gratuit et confidentiel quelle que soit l’origine de la demande, qu’elle émane de la personne elle même, de sa famille, des services sociaux, du médecin traitant, d’une structure de soins, etc.

    Les équipes sont composées de professionnels tels que des « coordonateurs gérontologiques » chargés de répondre aux demandes et d’orienter vers les structures adaptées. Il peut s’agir de demande d’informations sur des démarches administratives, de demande d’aides au domicile, etc. Ils peuvent avoir recours aux « réseaux territoriaux gérontologiques » en collaboration avec le médecin traitant en cas de situation nécessitant un appui médico-social au domicile pour des besoins multiples.

  • Les dispositifs d'information, d'écoute et d'orientation

    Espaces Ressources Cancers (ERCEspace Ressources Cancers)

    Les Espaces Ressources Cancer sont des lieux « ressources » ouverts à tous et présents en ville. Patients, proches, professionnels de santé sont accueillis par une  coordinatrice, non soignante, qui, à travers son rôle d’accompagnement, assure l’accueil, l’écoute, l’information et l’orientation des personnes. 

    Elle apporte une écoute et des réponses personnalisées, propose des supports d’information et une orientation vers des professionnels de santé ou des associations de soutien et d’aide aux malades.

    L’ERCEspace Ressources Cancers peut également porter l’organisation d’activités individuelles ou de groupe visant à améliorer la qualité de vie : groupes de parole, ateliers créatifs, ateliers d’exercice physique, ateliers d’esthétique médico-sociale, etc.

    Enfin, ils peuvent accompagner et participer, avec des structures partenaires, à la mise en place d’actions de sensibilisation du grand public autour du cancer.

    On les retrouve sur les différents territoires de la région. Leur accès est gratuit.

     

    Bénévoles d’accompagnement

    Un bénévole d’accompagnement propose une présence et une écoute au patient dans le respect de l’intimité et dans une confidentialité totale. Il n’est pas un professionnel de santé, ni un psychologue et respecte les soins médicaux et paramédicaux prescrits. Il peut apporter son soutien à l’hôpital comme au domicile.

    De nombreuses associations mettent à disposition des bénévoles d’accompagnement.

  • Les autres dispositifs d'accompagnement en ville

    Maison Départementale de la Personne Handicapée (MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées)

    La MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées est un accès unique départemental pour toutes les démarches liées au handicap (aides, droits, prestations, etc).

    L’équipe pluridisciplinaire de la MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées est chargée d’évaluer les capacités et les besoins de la personne, propose un plan personnalisé de compensation (et/ou un plan personnalisé de scolarisation pour les enfants). Ce plan est soumis à la Commission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPHCommission des Droits et de l’Autonomie des Personnes Handicapées) qui décide de l’attribution des aides et des prestations. La MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées peut être sollicitée par les personnes handicapées elles même. Mais les demandes devant être le plus souvent adressées sous forme de formulaires accompagnés de certificats médicaux, il est préférable de se faire accompagner dans la démarche par le médecin traitant et les aidants sociaux référents de la personne (assistant social, CESFConseillère en éducation sociale et familiale, tuteur, curateur, mandataire, etc).

     

    Centre médico-psychologique (CMPCentre Médico-Psychologique)

    Les Centres Médico-Psychologiques sont la porte d’entrée de la prise en charge psychiatrique. Ils permettent l’évaluation, la prise en charge et le suivi des personnes en souffrance psychique ou présentant des difficultés psychologiques.

    Composé d’une équipe pluridisciplinaire, le CMPCentre Médico-Psychologique peut regrouper des médecins psychiatres, des psychologues, des infirmières, des assistants sociaux, des ergothérapeutes, des psychomotriciens, des orthophonistes et des éducateurs spécialisés. Ce ne sont pas des centres d’accueil d’urgence et les suivis sont programmés en consultation sur RDV. Ces consultations sont prises en charge par la sécurité sociale. Il existe deux types de CMPCentre Médico-Psychologique (Adultes, enfants et adolescents) qui sont répartis par secteur dans la région.

    Consulter l’annuaire des CMPCentre Médico-Psychologique de la région

     

    Centre Communal d’Action Sociale (CCASCentre Communal D’Action Sociale)

    Les centres communaux d’action sociale (CCASCentre Communal D’Action Sociale) sont des établissements publics portés par les mairies ou les communautés de communes, en charge de l’aide sociale aux habitants et des animations culturelles et sociales.

    On peut les solliciter pour des RDV avec des aidants sociaux : assistantes sociales, conseiller en éducation sociale et familiale, etc. Ils peuvent intervenir pour les demandes de logement social, l’accompagnement dans des démarches concernant, par exemple, le handicap, le logement inadapté, l’expulsion, les difficultés financières, etc… Le CCASCentre Communal D’Action Sociale gère également de nombreux services à destination des personnes âgées ou handicapées comme le service de téléalarme, le portage de repas ou de livres à domicile, le service de déplacement ou encore certainsSSIADService De Soins Infirmiers A Domicile.

    Unité Territoriale de prévention et d’action sociale (UTPASUnité Territoriale De Prévention Et D’action Sociale)

    L’Unité territoriale de prévention et d’action sociale (UTPASUnité Territoriale De Prévention Et D’action Sociale) est un service public de proximité du Département du Nord. Ouverte à tous, l’unité permet de rencontrer une équipe de professionnels et de bénéficier d’une réponse adaptée à ses préoccupations ou questions concernant l’éducation, le développement de l’enfant, la santé, les difficultés financières ou les problèmes familiaux…

    Elle permet l’accompagnement des personnes en difficultés et, en fonction de leur problèmes, les orientent vers les organismes spécialisés. L’unité oriente également vers les aides individuelles et collectives pour surmonter des difficultés et favoriser l’accès aux droits sociaux.

     

    Services sociaux « autres » et ressources d’ordre socio-professionnelles.

    De nombreux services existent pour accompagner, informer, orienter les personnes en difficultés pendant ou suite à la maladie : CARSATCaisse D’assurance Retraite Et De La Santé Au Travail, Filieris CARMI, mutuelles, caisses de retraites, CPAMCaisse Primaire d’Assurance Maladie, CAFCaisse d’Allocation Familiale, etc. Qu’il s’agisse d’aides financières ou d’aides humaines, ces organismes vont pouvoir renseigner et orienter les demandeurs de tout âge vers les meilleurs interlocuteurs. Ils informent sur l’ensemble des dispositifs d’aides disponibles selon chaque situation et peuvent aider au montage de dossiers de reconnaissance, de dossiers de demandes d’aides, etc.

    Concernant les demandes relatives au maintien dans l’emploi, aide à la réinsertion professionnelle, information sur les arrêts de travail (CLMCongé de Longue Maladie (pour les fonctionnaires), CLDCongé de Longue Durée (pour les fonctionnaires)…) tout travailleur social peut répondre à ces problématiques (assistants sociaux, conseillers en éducation sociale et familiale).

    De plus, il existe dans la région une plateforme téléphonique dédiée à l’information autour de l’emploi pour les personnes malades « Santé Emploi Info Service – SEIS ». Cette plateforme est joignable au 03 20 44 55 55.

    Accéder au site de l’INCaInstitut National Du Cancer « Cancer et Emploi »