Acteurs des établissements de santé

Dernière mise à jour : mercredi 10 avril 2019

Acteurs des établissements de santé


Il s’agit de professionnels de santé médicaux et paramédicaux des établissements de santé investis dans le diagnostic, la prise en charge thérapeutique des cancers et/ou dans les soins complémentaires dits « de support ».

  • Les professionnels médicaux

    …qui participent aux bilans diagnostiques« paracliniques » et pré-thérapeutiques

    • Anatomo-pathologisteMédecin spécialiste qui pose des diagnostics de maladies à partir de prélèvements cellulaires ou tissulaires et fournit aux autres médecins des informations concernant le stade de la maladie et la réponse probable aux traitements. Son rôle est déterminant pour le diagnostic et le choix des traitements lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire.
    • RadiologueMédecin spécialiste en imagerie médicale diagnostic et interventionnelle qui valide les demandes d'examens d'imagerie et interprète les images échographiques, radiographiques, scannographiques et par résonnance magnétique (IRM) de l'ensemble du corps humain selon l'organe et la maladie à étudier. Il participe à toutes les étapes de la prise en charge des patients (dépistage, diagnostic, surveillance). En radiologie interventionnelle, le radiologue pratique des actes techniques à visée diagnostique (prélèvements de tissus tumoraux guidés par imagerie, biopsies) ou thérapeutique (drainage, infiltrations, destruction de tumeurs par voie transcutanée (radiofréquence) pose de chambre implantable avant chimiothérapie) Il exerce en établissements de santé ou en cabinets de radiologie « de ville ».
    • AnesthésisteMédecin spécialiste investi tout au long du parcours chirurgical. Lors d’une consultation pré-opératoire, le médecin anesthésiste informe le patient sur le déroulement de l’anesthésie, évalue les antécédents et l’état du patient, définit le type d’anesthésie nécessaire et organise la prise en charge postopératoire. Il est également en charge de l’endormissement et la surveillance des patients pendant les blocs opératoires, en salle de réveil et à leur retour en service de chirurgie. Il a également la capacité de poser des voies veineuses centrales avant la chimiothérapie. Enfin, certains anesthésistes ont une activité spécifique de prise en charge des douleurs « chroniques » (persistantes) chez les patients atteints de cancer.

    …qui participent aux traitements du cancer et aux soins de support

    • Chirurgien du cancerMédecin spécialiste diplômé ayant des compétences complémentaires en chirurgie du cancer et qui, par le retrait d’une tumeur et/ou des organes atteints, participe à la prise en charge thérapeutique et permet une analyse des tissus par les anatomopathologistes. Il participe également à la prise en charge chirurgicale des complications de la maladie ou des traitements et réalise des actes de chirurgie reconstructrice. Il existe de nombreuses sous spécialités selon les organes atteints par le cancer: urologie, chirurgie viscérale (digestive), chirurgie gynécologie, sénologie (mammaire), neuro-chirurgie, chirurgie ORL, etc… 
    • Oncologue médical(Cancérologue) Médecin spécialiste qui assure le traitement médicamenteux des patients porteurs d’un cancer. Il est compétent en chimiothérapie et thérapies ciblées et intervient dans la prise de décision lors des réunions de concertation pluridisciplinaire (RCP). Il peut prendre en charge le patient à partir du diagnostic jusqu’à la surveillance partagée, en collaboration avec le chirurgien, le radiothérapeute, d’autres spécialistes et le médecin traitant. Il intervient dans la coordination d’une prise en charge globale avec notamment l’intervention des soins de support.
    • Oncologue radiothérapeuteMédecin spécialiste en radiothérapie. Il traite les cancers par rayons en détruisant localement les cellules atteintes. Il peut être également prescripteur de chimiothérapie (traitement médicamenteux des cancers). Il travaille en étroite collaboration avec les autres spécialistes du cancer dans le cadre de l’application des protocoles de traitement (protocoles thérapeutiques) choisis en RCP (oncologues médicaux, chirurgiens du cancer, etc). Ils assurent ensemble la prise en charge thérapeutique pluridisciplinaire du cancer et la surveillance partagée.
    • Spécialiste d’organe compétent en cancérologieMédecin spécialisé dans la prise en charge des maladies d’un organe ou d’un « appareil », et qui est compétent en cancérologie. Il va donc participer à la réunion de concertation pluridisciplinaire et au traitement du cancer touchant cet organe : gastro-entérologue, pneumologue, dermatologue, gynécologue, etc. Il travaille en collaboration avec les autres spécialistes intervenant dans le traitement et le suivi du patient : chirurgien du cancer, oncologue médical, oncologue radiothérapeute, etc.
    • HématologueMédecin spécialiste des maladies du sang. Il prend en charge les patients atteints de cancer concernant : les cellules sanguines, la moelle osseuse, le système lymphatique ( rate, ganglions ) (par exemple les leucémies, lymphomes, myélomes, etc.) Il peut prendre en charge le patient à partir du diagnostic jusqu’à la surveillance. Il est compétent en chimiothérapie pour les cancers du sang et travaille en étroite collaboration avec d’autres spécialistes
    • Sexologue
    • Médecin de médecine nucléaireMédecin spécialiste en médecine nucléaire qui utilise des éléments radioactifs (isotopes) pour réaliser une imagerie d’une partie du corps ou d’un organe. Les examens réalisés par le médecin nucléaire sont, par exemple, une « TEP » ou « PET scan » ou une scintigraphie et permettent d’étudier le fonctionnement d’un organe. Il participe ainsi à la fois au diagnostic et au suivi par des examens de contrôle pendant les traitements du cancer. En cancérologie, le médecin nucléaire utilise également ces éléments radioactifs pour traiter certains cancers, on parle alors de « Radiothérapie métabolique » 
    • GériatreMédecin spécialiste de la personne âgée. Lorsqu’il est sollicité pour un patient âgé atteint de cancer, le gériatre réalise une évaluation globale de la personne âgée afin que les propositions thérapeutiques, en collaboration avec un oncologue, soient les plus adaptées à sa situation personnelle, prenant en compte son état général, ses autres maladies et traitements, son environnement socio-familial, et son degré de fragilité. Une sollicitation précoce du gériatre dans le parcours de soins permet une prise en charge optimale des patients âgés en cancérologie. L’activité dédiée aux patients âgés atteints de cancer associant médecin gériatre, médecin oncologue et paramédicaux est l’oncogériatrie.
    • Onco-pédiatre et Hémato-pédiatre
    • Médecin de la douleurMédecin spécialiste de la douleur (algologue). Il peut être médecin généraliste, anesthésiste, oncologue, médecin de soins palliatifs, spécialiste d’organe ou chirurgien, et a suivi une formation complémentaire en douleur. Le Médecin de la douleur travaille en étroite collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire qui encadre le patient afin de permettre la meilleure adaptation des traitements en fonction des différentes douleurs ressenties à tous les stades de la maladie, et qui sont souvent d'origine multiple. Ils exercent habituellement dans des structures spécifiques aux traitements de la douleur (Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur) ou en consultations d' Evaluation et de Traitement de la Douleur présentes dans certains établissements de santé.
    • Médecin des soins palliatifsMédecin spécialisé dans la prise en charge des patients atteints de maladie grave, évolutive ou terminale, pour lesquels les traitements curatifs n’ont pas permis une régression ou une stabilisation et donc une guérison de la maladie. Il permet une prise en charge globale et spécialisé des patients présentant des problématiques d’inconfort, de douleurs non soulagées par les traitements habituels et bien menés (réfractaires) et de souffrance psychologique. Il prend également en charge les patients en phase terminale en prescrivant des soins de confort et des thérapeutiques dans l’objectif d’atténuer les troubles ressentis en fin de vie. Il prend également en charge l’accompagnement des proches dans ces moments difficiles. Cette prise en charge pluriprofessionnelle (médecin, IDEInfirmier Diplomé D’état, kiné, psychologue, etc) ârticipe à l’amélioration de la qualité de vie des patients et de leurs proches.
    • Médecin NutritionnisteMédecin spécialisé dans l’équilibre alimentaire et énergétique. En cancérologie, il prend en charge la prévention et le traitement de la dénutrition (manque de réserve d’énergie). Cette dénutrition est majoritairement due à la maladie qui consomme beaucoup d’énergie et au manque d’apport d’aliments en cas de dégout alimentaire. Il participe donc au maintien de l’équilibre énergétique et permet une meilleure tolérance des traitements, une diminution de la fatigue et de la faiblesse dû à la maladie ou aux traitements.
    • Médecin Addictologue (tabacologie, alcoologie, toxicologie)
    • Médecin PsychiatreMédecin spécialisé en psychiatrie. Il diagnostique et prend en charge les maladies (pathologies) mentales et peut être amené, comme tout médecin, à prescrire un traitement médicamenteux. En cancérologie, le psychiatre intervient plus spécialement dans les situations d’urgence psychiatrique et lors de troubles réactionnels au cancer et/ou ses traitements. Il peut aussi aider à la prise en charge de troubles psychiatriques existants avant le diagnostic de cancer, invalidants pour le patient ou qui pourraient venir impacter la prise en charge du cancer. Il établit le diagnostic, propose une aide médicamenteuse et/ou psychothérapeutique associée à un suivi psychiatrique. Travaillant en collaboration étroite avec les psychologues, il peut leur orienter si nécessaire le patient pour une prise en charge psychothérapeutique spécifique. Il exerce en établissement de santé ou en ville.
    • Médecin StomatologueMédecin spécialisé dans les maladies et la chirurgie de la bouche et des dents prenant en charge les cancers de la cavité buccale en collaboration étroite avec les ORL. Il peut intervenir dans la prise en charge « pré-thérapeutique » de tous les cancers au même titre que les chirurgiens dentistes. Il participe à la préparation aux traitements par une « remise en état bucco-dentaire » afin d’éviter toute complication sur une lésion dentaire, gingivale ou autre qui n’aurait pas été traitée au préalable d’une chimiothérapie ou d’une radiothérapie. 
    • Médecin RééducateurMédecin spécialisé en médecine physique, rééducation et réadaptation (MPR). Il intervient en cancérologie dans la prise en charge des handicaps secondaires à la maladie ou aux traitements. Il organise la rééducation des patients en collaboration étroites avec les kinésithérapeutes et les ergothérapeutes pour l’optimisation de l’environnement des patients. Il peut mettre en place des « orthèses », appareillages destinées à améliorer les capacités fonctionnelles des membres atteints, ou des « prothèses externes » en cas d’amputation. Il organise également en collaboration avec des moniteurs et professeurs spécialement formés, « l’activité phyisique adaptée ».
    • Médecin RhumatologueMédecin spécialisé dans la prise en charge des maladies articulaires, osseuses, tendineuses et musculaires. Il intervient en cancérologie dans la prise en charge des cancers des os, et dans les problèmes articulaires et osseux liés à la maladie ou secondaires au traitement. Il travaille en étroite collaboration avec les oncologues, les hématologues, les chirurgiens, les radiologues et les médecins de la douleur en cas de douleur réfractaire aux traitements.
  • Les professionnels paramédicaux des traitements du cancer

    • Infirmier diplômé d’état (IDEInfirmier Diplomé D’état
    • Aide soignantL’aide soignant aide les patients dans les actes de la vie quotidienne qu’ils ne peuvent que partiellement ou plus assurer : soins d’hygiène, prise des repas, etc. En cours de traitement ambulatoire il participe à l’accueil et au confort des patients dans les services : installation dans les fauteuils ou dans les lits adaptés, port des repas et collations, vérification du confort des installations et de la propreté des lieux, etc. Il peut également participer à certains soins et à la surveillance des patients en binôme avec les infirmiers. En ville, il assure les soins d’hygiène sur prescription médicale dans des structures telles que les SSIAD.
    • Manipulateur « d’électroradiologie » 
    • Physicien médicalLe physicien médical est un scientifique spécialiste de la mesure (métrologie) des rayonnements ionisants à usage médical. Il contribue à la radioprotection des patients aussi bien lors des examens (imagerie médicale en radiologie et médecine nucléaire) que des traitements (radiothérapie). Il assure également la maintenance, le contrôle qualité et la sécurité des appareils. Il travaille en collaboration avec les radiologues, les radiothérapeutes, les médecins nucléaires, les manipulateurs…
    • Technicien d’analyses biologiques en laboratoireLe technicien d’analyses biologiques ou « laborantin » analyse les prélèvements dans les laboratoires, et transmet, après vérification, les résultats des examens biologiques prescrits au biologiste médical pour validation et diffusion. Il travaille également en étroite collaboration avec les infirmiers qui réalisent les prélèvements. Tout comme le biologiste médical, il peut exercer à la fois en établissements de santé, et en laboratoire « de ville ».
  • Les professionnels paramédicaux des soins dits « de support »

    • KinésithérapeuteLe kinésithérapeute est spécialisé dans la rééducation motrice des membres, du corps ou respiratoire. Il permet d’éviter la perte d’autonomie chez les personnes fragilisées par la maladie ou de récupérer une partie ou l’intégralité de ces fonctions en cas d’atteinte. Il participe également aux traitements de la douleur notamment par des massages, des mouvements doux ou d’autres techniques nécessitant des appareillages. Il peut intervenir pendant la maladie et bien après en cas de séquelles. Par exemple, certains kinésithérapeutes sont spécialisés dans l’assouplissement des cicatrices ou la diminution des œdèmes du bras après la chirurgie de certains cancers du sein ou la « réadaptation cardio-vasculaire » pour la fatigue. Il exerce en établissement de santé ou « en ville » par une activité libérale.
    • ErgothérapeuteL'ergothérapeute est un professionnel de santé alliant la rééducation (récupération des capacités antérieures) et la réadaptation (compensation des difficultés) aussi bien dans le milieu de vie, que scolaire, que professionnel ou dans les activités de la vie quotidienne des personnes ayant une perte d’autonomie, un handicap ou une dépendance transitoire ou permanente. Il exerce principalement en établissement de santé; des ergothérapeutes sont de plus en plus nombreux à exercer en libéral, bien qu'il n'y ait pas de prise en charge par la sécurité sociale.
    • PsychologueLe psychologue clinicien est un professionnel de santé diplômé et spécialisé en psychologie et psychopathologie clinique de formation universitaire. Il est spécialisé dans la connaissance du fonctionnement psychique et des troubles psychopathologiques de l'enfant, de l'adolescent et de l'adulte. En cancérologie, quelque soit le stade de la maladie, il prend en charge la souffrance psychologique de la personne malade et de ses proches. Le psychologue intervient dans le cadre de la prise en charge psychothérapeutique des troubles anxieux, de la dépression et dans la majorité des cas, de la détresse psychologique suscitée par la survenue du cancer, les effets secondaires des traitements plus ou moins handicapants et l’après-cancer. Il peut demander l’avis du psychiatre en cas de difficulté diagnostique ou de besoin d’introduction d’un traitement médicamenteux. Le psychologue hospitalier peut travailler en relai avec les psychologues de ville (libéraux, exerçant en centre médico-psychologique).
    • Psycho-oncologueProfessionnel de santé mentale et du soin psychique spécialisé dans l’accompagnement et le suivi des patients atteints de cancer et de leur entourage. Il peut être psychologue clinicien ou médecin psychiatre.
    • Assistante socialeL’assistante sociale apporte son expertise aux patients et à leur famille concernant des problématiques d’ordre familial, professionnel ou financier. Elle les assiste dans les démarches de mise en place d’aide : aides humaines au domicile (ménage, soins d’hygiènes, etc), aides financières, aide au maintien dans l’emploi, etc. Elle oriente les patients vers les structures d’aide adaptées et les assiste dans le montage des dossiers. Elle peut exercer en établissement de santé ou « en ville » dans des structures médico-sociales ou sociales : réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CCAS, UTPAS, CARSAT, etc.
    • Esthéticienne médico-sociale ou socio-esthéticienneElle dispense aux patients des soins d’esthétiques et des soins de détente et de bien-être. En cancérologie, ces soins aident à prévenir ou mieux supporter certains effets indésirables des traitements médicaux. Pour ce faire, l’esthéticienne évalue les besoins et les demandes des patients avant d’intervenir à plusieurs niveaux : soins des ongles, aide au choix d’une prothèse capillaire, conseils en maquillage, hydratation de la peau, traitement des rougeurs de la peau, relaxation par modelages, etc. Elle participe donc à l’amélioration de la qualité de vie des patients par des soins du corps et de leur image. Elle peut exercer en établissement de santé ou « en ville » par une activité libérale. *Selon des écoles de formation
    • Diététicienne
    • StomathérapeuteLe stomathérapeute est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des matériels de « stomie » pour les patients. Il s’agit des « poches » pour l’évacuation urinaire ou fécale disposées sur le ventre (« paroi abdominale ») chez les patients opérés de certains cancers. Ces stomies peuvent être posées de manière transitoire pour permettre le repos des organes opérés pendant un temps déterminé ou sont permanentes quand ces organes ont du être définitivement retirés. Il exerce majoritairement en établissement de santé et très peu « en ville » par une activité libérale. Ce sont souvent des infirmiers spécialisés.
    • Pédicure – podologue
    • OrthophonisteL'orthophoniste est un professionnel de santé qui évalue et rééduque les troubles du langage et de la communication. Il exerce à son compte en cabinet libéral ou en établissement de santé à titre salarié. En cancérologie,il prend principalement en charge les patients opérés du larynx (cancer de la gorge) ou de la cavité buccale. Il les aide à améliorer la qualité de leur voix, de leur parole mais aussi de leur « déglutition » quand ils présentent des difficultés à avaler correctement les aliments solides ou liquides.
    • ProthésisteLe prothésiste est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des prothèses. Il existe notamment des « prothésistes capillaires » pour les perruques et des « prothésistes mammaires » pour les prothèses mammaires externes, compléments mammaires, et sous vêtements adaptés aux femmes opérées. Il doit également renseigner sur les modes de prise en charge et de remboursement existants. Il exerce majoritairement « en ville » par une activité libérale ou prestataire (salons de coiffure agréés pour les prothésistes capillaires) et moins souvent en établissement de santé.
    • IDEInfirmier Diplomé D’état spécialisée (stomathérapeute, soins palliatifs, douleur, etc)
  • Le pharmacien

    Travaillant en ville (officine) ou à l’hôpital, le pharmacien est un professionnel de santé spécialisé dans la connaissance des traitements médicamenteux et des dispositifs médicaux (ex. : prothèses mammaires, matériels de maintien à domicile). Il est chargé de l’analyse de l’ordonnance rédigée par le médecin, de la délivrance des médicaments aux patients et de leur préparation éventuelle (ex. : perfusion). Il a une mission de conseils et d’information sur le bon usage des médicaments (ex. : mode d’administration  et leurs effets indésirables, interactions entre médicaments).

    Il est assisté dans ses missions par les préparateurs en pharmacie. La particularité des pharmacies des établissements autorisés à traiter le cancer est qu’elles sont équipées d’une Unité centralisée de préparation des anticancéreux. Ce dispositif permet de préparer les traitements de chimiothérapie injectables en toute sécurité. Certains médicaments utilisés par voie orale à la maison sont uniquement disponibles à l’hôpital.

    Par des échanges réguliers sur les traitements prescrits, le pharmacien hospitalier et le pharmacien d’officine participent à la qualité d’un parcours de soins coordonné.

  • Les dispositifs de coordination

    Il peut s’agir d’infirmières de coordination (IDECInfirmier De Coordination) intra ou inter-établissements, de cellules pluridisciplinaires de coordination ville – hôpital ou d’une fonction de coordination assurée par des équipes mobiles pluridisciplinaires de soins de support (soins de support, soins palliatifs).

    Ce sont des dispositifs chargés de :

    • l’évaluation des besoins des patients et des proches,
    • la facilitation du parcours de soin au sein des établissements et parfois en coordination hôpital-ville,
    • l’information et de l’orientation des patients pendant leur prise en charge au sein des établissements autorisés.

    Leurs missions sont donc de :

    • proposer une prise en charge personnalisée des patients en répondant principalement aux besoins en soins de support : soutien psychologique, assistance sociale, kinésithérapie, socio-esthétique ….
    • assurer le lien entre les différents acteurs et services d’un établissement, parfois entre différents établissements,
    • participer à l’information régulière des acteurs de ville en accord avec le patient : médecin traitant, infirmiers libéraux, psychologues libéraux, etc.

    Ces dispositifs permettent ainsi d’améliorer la qualité et le suivi de la prise en charge du patient.

  • Les dispositifs d’information, d’écoute et d’orientation

    Un bénévole d’accompagnement propose une présence et une écoute au patient dans le respect de l’intimité et dans une confidentialité totale. Il n’est pas un professionnel de santé, ni un psychologue et respecte les soins médicaux et paramédicaux prescrits. Il peut apporter son soutien à l’hôpital comme au domicile.

    De nombreuses associations mettent à disposition des bénévoles d’accompagnement.

     

     Lieux de documentation écrite : Espace Cancer Info

    Les Espaces Cancer info sont des points d’information en libre accès, installés dans des centres de cancérologie publics et privés dans toutes les régions de France. Ils sont présents dans certains établissements autorisés de la Région Nord Pas de Calais.

    On y trouve de la documentation écrite comme les guides d’information Cancer Info, produits par l’INCaInstitut National Du Cancer, sur les cancers et leurs traitements, leurs conséquences dans la vie quotidienne et affective ainsi que d’autres documents d’information destinés aux patients.

    Un point d’accès internet est également disponible pour consulter le site internet Cancer Info et accéder à une sélection de sites d’information médicale.

    Il n’y a pas de personnel dédié à l’animation de ces espaces, mais étant situés en lieux de soins, l’équipe soignante peut aider et orienter les visiteurs dans leurs recherches. Il ne faut pas hésiter à les solliciter.