Soins Oncologiques de Support

Dernière mise à jour : vendredi 12 avril 2019

Les Soins Oncologiques de Support (SOSSoins Oncologiques De Support) viennent en complément des traitements anticancéreux et visent à assurer la meilleure qualité de vie possible aux patients tout au long de la maladie, sur le plan physique, psychologique et social en prenant compte de la diversité de leurs besoins, ceux de leur entourage et ce quelques soient leurs lieux de soins.

Les nécessités en soins de support des patients doivent donc être évaluées tôt dans leur parcours de santé afin de rapidement répondre à leurs besoins, voire d’anticiper les demandes.

En complément des traitements spécifiques du cancer, les soins de support répondent à des besoins des patients ainsi que de leur entourage, pendant et après la maladie, qui concernent principalement la prise en compte de :

  • La douleur
  • La fatigue
  • Les problèmes nutritionnels
  • Les troubles digestifs, les troubles respiratoires et génito-urinaires, les troubles moteurs et les handicaps
  • Les problèmes odontologiques
  • Les difficultés sociales
  • La souffrance psychique, les perturbations de l’image corporelle
  • Et l’accompagnement de fin de vie
  • Quels sont les professionnels des soins de support ?

    • Médecin spécialiste en cancérologie
    • Médecin de la douleurMédecin spécialiste de la douleur (algologue). Il peut être médecin généraliste, anesthésiste, oncologue, médecin de soins palliatifs, spécialiste d’organe ou chirurgien, et a suivi une formation complémentaire en douleur. Le Médecin de la douleur travaille en étroite collaboration avec l’équipe pluridisciplinaire qui encadre le patient afin de permettre la meilleure adaptation des traitements en fonction des différentes douleurs ressenties à tous les stades de la maladie, et qui sont souvent d'origine multiple. Ils exercent habituellement dans des structures spécifiques aux traitements de la douleur (Centre d'Evaluation et de Traitement de la Douleur) ou en consultations d' Evaluation et de Traitement de la Douleur présentes dans certains établissements de santé. et des soins palliatifs
    • Médecin généralisteMédecin spécialiste en médecine générale, c’est le médecin traitant ou « médecin de famille ». Il est investi dans les soins du corps et le soutien moral des patients, et bien souvent de leurs proches. Il travaille en interaction avec les soignants du domicile et « acteurs de ville » : Infirmiers, Pharmaciens, Kinésithérapeutes, Psychologues, etc. En cancérologie, il suit donc les patients dans l’ « avant », le « pendant » et l’ « après cancer ». Au début de la maladie, il sera disponible pour réexpliquer les informations reçues lors des annonces de diagnostic et de propositions de traitements. Prenant le patient en charge dans sa « globalité », il a donc des missions transversales : prise en charge des effets secondaires des anticancéreux, traitement de la douleur, aide au sevrage tabagique, orientation vers les services sociaux, aide au montage de dossier de couverture sociale ou mise en place d’aide humaine ou financière (ALDAffection De Longue Durée, MDPHMaison Départementale Des Personnes Handicapées, …), etc. Il est donc largement investi dans ce que l’on appelle les « soins de support » tout au long de la maladie, et dans la « surveillance partagée ». Equipes hospitalières et médecin généraliste échangent régulièrement, du diagnostic à l’après cancer, afin de travailler en cohérence pour construire un parcours de soin coordonné, en tenant compte de l’état général du patient, de ses traitements en cours, de ses choix et de son environnement social et familial. En cas de besoins multiples ou de situations difficiles au domicile, le médecin traitant pourra être appuyé dans ses fonctions par les réseaux de proximité.
    • Infirmier, aide soignant de ville et des établissements de santé
    • Psychiatre, psychologue et psycho-oncologue
    • GériatreMédecin spécialiste de la personne âgée. Lorsqu’il est sollicité pour un patient âgé atteint de cancer, le gériatre réalise une évaluation globale de la personne âgée afin que les propositions thérapeutiques, en collaboration avec un oncologue, soient les plus adaptées à sa situation personnelle, prenant en compte son état général, ses autres maladies et traitements, son environnement socio-familial, et son degré de fragilité. Une sollicitation précoce du gériatre dans le parcours de soins permet une prise en charge optimale des patients âgés en cancérologie. L’activité dédiée aux patients âgés atteints de cancer associant médecin gériatre, médecin oncologue et paramédicaux est l’oncogériatrie. et Onco-GériatreMédecin spécialiste de la personne âgée. Lorsqu’il est sollicité pour un patient âgé atteint de cancer, le gériatre réalise une évaluation globale de la personne âgée afin que les propositions thérapeutiques, en collaboration avec un oncologue, soient les plus adaptées à sa situation personnelle, prenant en compte son état général, ses autres maladies et traitements, son environnement socio-familial, et son degré de fragilité. Une sollicitation précoce du gériatre dans le parcours de soins permet une prise en charge optimale des patients âgés en cancérologie. L’activité dédiée aux patients âgés atteints de cancer associant médecin gériatre, médecin oncologue et paramédicaux est l’oncogériatrie.
    • Médecin nutritionniste, diététicien
    • PharmacienTravaillant en ville (officine) ou à l’hôpital, le pharmacien est un professionnel de santé spécialisé dans la connaissance des traitements médicamenteux et des dispositifs médicaux (ex. : prothèses mammaires, matériels de maintien à domicile). Il est chargé de l’analyse de l’ordonnance rédigée par le médecin, de la délivrance des médicaments aux patients et de leur préparation éventuelle (ex. : perfusion). Il a une mission de conseils et d’information sur le bon usage des médicaments (ex. : mode d'administration et leurs effets indésirables, interactions entre médicaments). Il est assisté dans ses missions par les préparateurs en pharmacie. La particularité des pharmacies des établissements autorisés à traiter le cancer est qu’elles sont équipées d’une Unité centralisée de préparation des anticancéreux. Ce dispositif permet de préparer les traitements de chimiothérapie injectables en toute sécurité. Certains médicaments utilisés par voie orale à la maison sont uniquement disponibles à l’hôpital. Par des échanges réguliers sur les traitements prescrits, le pharmacien hospitalier et le pharmacien d’officine participent à la qualité d’un parcours de soins coordonné.
    • Dentiste
    • Rééducateur, kinésithérapeute, ergothérapeute, orthophoniste
    • Rhumatologue
    • StomathérapeuteLe stomathérapeute est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des matériels de « stomie » pour les patients. Il s’agit des « poches » pour l’évacuation urinaire ou fécale disposées sur le ventre (« paroi abdominale ») chez les patients opérés de certains cancers. Ces stomies peuvent être posées de manière transitoire pour permettre le repos des organes opérés pendant un temps déterminé ou sont permanentes quand ces organes ont du être définitivement retirés. Il exerce majoritairement en établissement de santé et très peu « en ville » par une activité libérale. Ce sont souvent des infirmiers spécialisés.
    • Stomatologue, chirurgien dentiste
    • ProthésisteLe prothésiste est spécialisé dans le conseil, le choix et la mise en place des prothèses. Il existe notamment des « prothésistes capillaires » pour les perruques et des « prothésistes mammaires » pour les prothèses mammaires externes, compléments mammaires, et sous vêtements adaptés aux femmes opérées. Il doit également renseigner sur les modes de prise en charge et de remboursement existants. Il exerce majoritairement « en ville » par une activité libérale ou prestataire (salons de coiffure agréés pour les prothésistes capillaires) et moins souvent en établissement de santé. capillaire, mammaire
    • Assistante socialeL’assistante sociale apporte son expertise aux patients et à leur famille concernant des problématiques d’ordre familial, professionnel ou financier. Elle les assiste dans les démarches de mise en place d’aide : aides humaines au domicile (ménage, soins d’hygiènes, etc), aides financières, aide au maintien dans l’emploi, etc. Elle oriente les patients vers les structures d’aide adaptées et les assiste dans le montage des dossiers. Elle peut exercer en établissement de santé ou « en ville » dans des structures médico-sociales ou sociales : réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé, CCAS, UTPAS, CARSAT, etc., conseiller en éducation sociale et familiale
    • Esthéticienne médico sociale
    • Addictologue
    • Professionnels de santé formés en relaxation, sophrologie, …
    • Art-thérapeute
    • Moniteur sportif formé en activité physique adaptée à la santé
    • Sexologue
  • Où trouve-t-on les soins de support ?

    Chaque établissement de santé autorisé en cancérologie donne accès à des soins oncologiques de support.

    Il existe une coordination entre tous les acteurs des traitements médicaux et des soins complémentaires dits « de support » pour une prise en charge globale optimale du patient et une continuité des soins entre la ville et l’hôpital.

    Le patient peut accéder en ville à des soins de support par l’intermédiaire de son médecin traitant, en collaboration avec les soignants du domicile (infirmiers libéraux, aides soignants, etc) et les réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé.

    Les acteurs de soins de support en ville exercent soit dans des structures spécifiques (réseaux de santé, espaces ressources cancer, associations, CMPCentre Médico-Psychologique, CCASCentre Communal D’Action Sociale, etc), soit ce sont des professionnels libéraux.

  • Combien coutent les Soins de support ?

    Les modes de tarification des soins de support et leur prise en charge et remboursement sont fonction du lieu de soin et du mode d’orientation du patient vers ces ressources. Il est possible, et même conseillé, de se renseigner sur ce point au préalable auprès des professionnels concernés.

  • Particularité des soins palliatifs

    Les soins palliatifs sont des soins de support destinés à la prise en charge de personnes atteintes de maladies graves évolutives, ou terminales, de tout âge. Ils visent à apporter le meilleur confort possible pour le patient et sa famille.

    Les équipes de soins palliatifs répondent aux diverses problématiques d’inconfort, de douleur physique, ou de souffrance psychologique du patient et de son entourage. Afin de garantir le meilleur accompagnement possible et une qualité de soins, les équipes de soins palliatifs peuvent rencontrer le malade et ses proches tôt dans le parcours de santé pour anticiper les besoins.

    Il existe une organisation spécifique aux soins palliatifs tant en ville que dans les établissements de santé composée de 4 dispositifs :

    Les unités de soins palliatifs (USPUnité de Soins Palliatifs) sont des services d’hospitalisation dédiés à cette spécialité médicale où les patients peuvent bénéficier d’un séjour programmé. Ils peuvent être admis en USPUnité de Soins Palliatifs depuis leur domicile sur  demande de leur médecin traitant, ou depuis un autre service hospitalier, afin de bénéficier de cette prise en charge globale et spécifique avant leur retour à domicile.

    Les lits identifiés de soins palliatifs (LISPLit identifié de soins palliatifs) sont des lits disposés dans différents services de spécialité (pneumologie, soins de suite, gériatrie…) des établissements hospitaliers.

    Les équipes mobiles de soins palliatifs (EMSPEquipe Mobile de Soins Palliatifs) sont des équipes pluridisciplinaires se déplaçant dans les services hospitaliers pour des patients présentant des problématiques d’inconfort, de douleur, etc. Certaines équipes mobiles ont la particularité de se déplacer à domicile.

    Les réseaux de proximité et plateformes territoriales de santé peuvent avoir une thématique d’activité en soins palliatifs. Ils existent dans la région 11 réseaux de soins palliatifs qui permettent donc une prise en charge coordonnée de ces patients au domicile.

    De plus, même s’ils ne sont pas exclusivement dédiés aux soins palliatifs, tous les professionnels libéraux du domicile et notamment les infirmiers, les HADHospitalisation A Domicile et certaines structures médico-sociales telles que les SSIADService De Soins Infirmiers A Domicile prennent en charge des patients devant bénéficier de soins palliatifs.

    Enfin, l’accompagnement des patients et de leurs proches se fait en interaction avec les associations de soins palliatifs (ASPAssociation de soins palliatifs), dont les bénévoles apportent écoute, soutien et informations à la fois en ville, souvent en collaboration avec les réseaux territoriaux, et dans les établissements.Les soins de support de la région sont répertoriés sous forme d’une cartographie interactive.

Liens utiles